Cénote noir

par marronbleu

De leur peu de poitrail

S’exhale, guttural et sombre,

Le chant haleté des entrailles.